Nous savons tous que l’apprentissage technique ou tactique du sportif n’est pas linéaire et que celui-ci progresse par palier. Certains paliers sont démotivants et entraînent certains d’entre nous vers l’échec. Pouvons-nous éviter ce sentiment de stagnation, booster notre mental et rester sur une pente régulière de progression ? La réponse est OUI bien sûr ! Et la préparation mentale est là pour nous aider… Et si nous découvrions une technique d’apprentissage efficace qui va vous permettre de réduire significativement le temps d’acquisition d’une technique ?

La modélisation : retrouver un apprentissage naturel et intuitif :

Les dernières recherches en Neurosciences ont prouvé que l’anatomie générale du cerveau diffère peu entre les individus. Ce qui nous différencie est la plasticité cérébrale de notre cerveau propre au développement de nos capacités mentales et physiques.

La plasticité cérébrale est un terme qui décrit les mécanismes par lesquels le cerveau est capable de se modifier par l’expérience. Le cerveau est donc un organe plastique, en perpétuelle reconfiguration. Les possibilités d’apprentissage, de développement des capacités mentales et physiques sont donc possibles à tout âge pour un individu en bonne santé.

Apprendre c’est bien… mais devenir performant dans son apprentissage, c’est encore mieux non ? Alors, comment progresser à grande vitesse dans nos entraînements techniques ?

Rappelons-nous que la plupart de nos comportements actuels résultent du domaine de l’acquis. Ils sont en effet le fruit de notre culture : éducation, personnes côtoyées, personnes admirées… Les premiers apprentissages, ceux-ci mêmes qui nous ont façonnés résultent de la modélisation : en bref, un enfant est une éponge : il observe un modèle et reproduit le comportement à l’identique.

Dans cette technique nous allons utiliser le langage de l’inconscient (ie : comme dans nos rêves : des images, des sons et des sensations) et nous appuyer entre autres sur nos fameux neurones miroirs. Pour en savoir plus sur le rôle de ceux-ci nous vous proposons de vous référer à l’article correspondant : le rôle des neurones miroirs.

La modélisation : un fonctionnement simple pour des résultats optimaux :

Le fonctionnement de la modélisation ? Rien de plus simple :

Objectif => Observation => Visualisation =>Reproduction

La première étape est de définir votre objectif. Ne soyez pas gourmand dès le début et préférez un travail sur des techniques simples pour commencer. Un geste, un mouvement particulier, un enchaînement court… Un joueur de tennis peut par exemple apprendre à mieux servir. Un windsurfer ambitieux apprendre à passer un backloop…

La deuxième étape est de trouver un modèle idéal, une personne experte dans la réalisation du geste ou de la séquence choisie. Tennismen, si Nadal ou Federer est un modèle pour vous, choisissez-le ! Windsurfers, si les cheese roll et autres back loops de Philip Koster vous ont impressionnés cette année, inspirez-vous de lui !

À présent votre but va être d‘observer. Loin d’une observation passive, nous parlons ici d’une observation efficiente : fine et précise. L’idée est de séquencer l’observation pour en percevoir le plus infime des détails. Gardons en tête qu’un cerveau qui agit est un cerveau qui comprend. Il s’agit ici de montrer à votre cerveau le but à atteindre et la marche à suivre. De lui faire comprendre dans son langage ce que vous voulez… précisément.

modelisation - l'art d'observerPour être efficace, il est aussi possible de s’appuyer sur un enregistrement vidéo plus flexible qu’une observation d’un sujet en mouvement.

Séquencer la scène peut être un avantage énorme au début ; pour ceci regardez la vidéo au ralenti, afin de bien percevoir le déroulé exact du geste.

N’hésitez pas à revoir la scène plusieurs fois jusqu’à la connaitre par cœur, et ceci à vitesse de diffusion différente.

Une fois que cette observation précise a eu lieu, le travail d’acquisition externe est terminé. Passons à la pratique… mentale !

Pour ceci, rien de plus simple.

Utilisez votre technique d’induction préférée pour entrer dans un état d’hypnose confortable favorisant un apprentissage rapide et durable. Pour ceux qui ne la maîtrisent pas encore, vous pouvez utiliser une alternative moins performante, mais toutefois utile : détendez-vous, fermez les yeux et laissez vous aller vers une profonde relaxation.

Vous pouvez alors mentalement poser le cadre de travail. Imaginez un lieu réel ou imaginaire que vous allez pouvoir transformer à votre guise pour en faire votre lieu imaginaire d’entrainement. Rajoutez le maximum de détails qui favorisent directement ou indirectement le plaisir et la confiance. Des personnes chères qui peuvent vous soutenir ou vous acclamer ? Voyez-les, sentez-les, entendez-les vous félicitez… ne vous privez pas, tout est permis ! Alors, lâchez-vous, fantasmez tout ceci, le but étant de créer un état intérieur propice à l’apprentissage et à l’intégration de nouvelles pratiques.

Vous pouvez à présent faire entrer en scène les différents protagonistes.

Un double de vous même en position neutre qui sera dans un premier temps l’élève ; puis l’expert que vous avez choisi pour jouer le rôle de professeur.

Commencez à dérouler le film dans votre tête à vitesse très réduite. L’expert reproduit comme sur la vidéo la séquence à intégrer. Il exécute le geste parfait au ralenti et vous observez votre double le mimer. Cette imagination doit être la plus fine possible. Vous devriez pouvoir percevoir quel muscle est actionné pour chaque mouvement du corps.

Une fois que la séquence est complètement exécutée, vous pouvez la reproduire jusqu’à ce que le double maîtrise parfaitement le geste à plusieurs vitesses : au ralenti comme en vitesse accélérée.

L’élève ayant rattrapé le maître vous pouvez faire fusionner votre double et l’expert. Le double devient l’expert. Observez-les fusionner et ne faire plus qu’un : l’élément restant est votre double. Vous envoyez ainsi un signal fort à votre inconscient.

Puis repassez la scène dans son environnement réel : observez-le exécuter le geste à la perfection dans l’environnement dans lequel vous souhaitez le maîtrisermettez le maximum de détail visuel ou auditif. S’il tape dans la balle, percevez la trajectoire de celle-ci. Est-elle liftée ? Entendez le bruit de l’impact du tamis de la raquette sur la balle, voyez le fier d’avoir réalisé un ace au regret de son adversaire. Voyez le félicité par les membres de son équipe, de sa famille, de ses amis… Pour les windsurfers, entendez le bruit du vent dans la voile, le bruit de la planche qui décolle, voyez le déplacement des mains sur le wish et des pieds sur la planche…

Nous arrivons enfin à la dernière étape et non des moindres : vous allez maintenant fusionner avec ce double; vous, l’observateur et le créateur de cette scène allez fusionner avec ce double imaginaire.

Imaginez-vous rentrer dans ce corps, habiter cette nouvelle peau. Ressentez quelles sensations, quelles émotions sont liées à cette action : vous devenez à présent l’expert.

Maintenant, rejouez le film dont vous êtes à présent l’acteur principal. Vous ne vous voyez plus agir à présent, mais êtes au contraire totalement associé à la scène. Vous vivez la scène en la voyant se dérouler à travers vos yeux et vos sensations.

Voyez vous exécuter de l’intérieur le mouvement parfait avec un maximum de détails sensoriels : du bruit, des odeurs, des sensations, des couleurs, des formes… Ressentez comme il est évident et facile de réaliser ce geste, cet enchaînement.

Pour clore cette phase de préparation mentale, une dernière étape peut asseoir ce nouvel apprentissage.

Nous vous proposons de vous projeter dans 10 ans. Cela fait à présent 10 années que vous maîtrisez cette technique. L’idée est de vous focaliser uniquement sur l’expertise développée quant à votre objectif. Ressentez comme ce mouvement est puissamment gravé en vous ; il est complètement intuitif à présent. Peut-être même l’avez-vous développé en le faisant vraiment vôtre et en le rendant de fait plus efficace ? Imaginez-vous en situation avec 10 ans d’expérience une fois de plus, allez tout est permis !

Une fois cette phase de préparation mentale achevée, le plus efficace est de tester illico

Alors qu’est-ce qui change ?

La modélisation : réapprendre à apprendre :

Pour ceux qui auraient du mal à visualiser, pas de panique ! Nous avons tous une modalité sensorielle plus développée que les autres !

Certains visualisent mieux alors que d’autres recréent plus facilement ce qu’ils entendent. D’autres encore ressentent plus facilement les sensations. Tout est une question d’habitude et en travaillant vous pourraient facilement développer tous vos sens

Commencez à visualiser des mouvements simples dans un premier temps. Vous pourrez complexifier la tâche au fur et à mesure de vos nouveaux apprentissages

Et gardez en tête que la réussite entraîne la réussite. Vos nouveaux apprentissages feront monter en vous un nouveau sentiment de confiance et la sensation que « tout est possible »…

Alors… forgez-vous un mental d’acier et …progressez à vitesse grand V !

Si cet article vous a plu, cliquez sur j’aime et laissez vos commentaires et avis ci-dessous !!